Mobilisation continue des experts en faveur du développement de l’industrie de la Recherche Biomédicale au Maroc !

Le vendredi 8 Mars 2019, LEMM a organisé la cérémonie de restitution des recommandations issues du Colloque National « La Recherche Biomédicale au Maroc, défi de la prochaine décennie» qui s’est tenu 9 et 10 Février 2018.

La participation d’une centaine d’éminents experts en la matière et celle de Monsieur le Secrétaire Général du Ministère de la Santé, le Professeur Hicham Nejmi, exprime la mobilisation générale et la volonté de tous les acteurs sectoriels de contribuer au développement actif de ce secteur important pour notre pays.
Cet événement a été marqué par la constitution de 3 commissions de suivi et de coordination: une dédiée aux comités d’éthique & consentement du patient, une seconde aux bonnes pratiques cliniques et une dernière à la réglementation et aux sites de recherche.
Monsieur Le Secrétaire Général a nommé les coordinateurs et rapporteurs de chacune des commissions. Il a aussi défini les délais de retour de chaque commission avec les livrables attendus.

LEMM félicite l’ensemble des parties prenantes pour leur précieuse mobilisation et reste à son tour engagé pour la réussite de ce grand projet.

La Recherche biomédicale, des avancées probantes pour le Maroc

Myriem Tamimy
Secrétaire Générale de LEMM (Les Entreprises du Médicament au Maroc )
Support : Medias 24

Si l’innovation fut longtemps considérée comme un luxe et une sorte de graal accessible seulement aux puissances occidentales, elle est aujourd’hui devenue au cœur des stratégies de développement de nombreux pays émergents tels que la Turquie, l’Ukraine ou encore la Malaisie.

Pour sa part, le Maroc n’est pas insensible à ce sujet. Sa Majesté le Roi Mohammed VI l’a fortement souligné lors de son discours d’ouverture de la session parlementaire du 12 octobre 2018. Sa Majesté a en effet, rappelé l’importance de l’ouverture du Royaume aux entreprises internationales innovantes et porteuses de compétences transférables au niveau local, et notamment dans le secteur de la santé. L’impact socioéconomique de cette approche n’est plus à démontrer, notamment en termes de création de valeur ou encore de nouveaux emplois qualifiés.
Il est d’ailleurs intéressant de louer les efforts du Royaume dans le domaine de la promotion de l’innovation. En effet, pour la première fois, le Maroc est entré dans le classement de l’International Index PI, se positionnant 21e sur 50. Une progression due notamment aux efforts réalisés en matière de protection de la propriété intellectuelle et de promotion de l’innovation.
L’engagement des autorités marocaines s’est traduit récemment lors de l’inauguration, par le chef du gouvernement, en février 2018, du premier Colloque national dédié à la recherche biomédicale au Maroc.
Cet évènement historique, qui a rassemblé l’ensemble des autorités marocaines et d’éminents chercheurs internationaux et nationaux, a posé les jalons d’une vision courageuse pour la mise en place d’une véritable industrie de la Recherche Biomédicale au Maroc. Dans ce cas précis, le terme « industrie » est porteur de sens aussi bien sur le plan sémantique que stratégique.
Autrement dit, la recherche n’est pas seulement un processus de production de brevets et d’innovations, elle est aussi une véritable industrie dont les externalités sont multidimensionnelles.
Bien entendu, l’exemple de pays leader dans le domaine est criant: aux Etats-Unis, cette activité a généré plus de900.000 emplois directs et près de 5 millions d’emplois indirects, avec des revenus dépassant les mille milliards de dollars.
On peut également se référer à plusieurs pays émergents de taille plus modeste mais qui ont pris la décision récente de s’ouvrir à la R&D Biomédicale. L’Ukraine par exemple a pu attirer, en quelques années, la R&D internationale alors même qu’elle n’était pas présente auparavant. Près de 400 études cliniques sont ouvertes par an, générant une activité économique de l’ordre de 150 millions de dollars d’investissement par an, prenant en charge près de 50.000 patients, sans compter les milliers d’emplois directs et indirects créés.
Outre l’impact économique, la recherche biomédicale améliore la qualité des soins et offre de nombreuses opportunités pour les pays concernés. Tout d’abord, sur le plan sanitaire grâce à un accès précoce des patients aux médicaments issus de la dernière innovation puis sur le plan scientifique, à travers un transfert des connaissances et des technologies, et par la création de nouveaux métiers, passant par des plans de formation de haut niveau.
Cela dit, la mise en place d’un écosystème de la recherche biomédicale est tributaire de plusieurs paramètres essentiels, plus ou moins complexes dans leur déploiement. Je peux citer trois fondamentaux:
Tout d’abord, le capital humain est au centre névralgique de toute politique publique en matière d’innovation. Celui-ci détermine le niveau de qualité et de compétitivité des projets. Ce facteur humain nécessite du temps pour sa mise en place, son maintien et son renforcement.
Ensuite, dans le cadre des projets d’essais cliniques, en particulier de haute technicité, l’investissement dans les équipements des hôpitaux doit être suffisamment conséquent. A ce titre, l’engagement matériel (infrastructures, équipements et médicaments) des laboratoires biopharmaceutiques permet de répondre de manière structurelle à ce besoin et favorise, de fait, l’accès aux soins aux patients.
Le troisième axe est l’encadrement règlementaire qui doit à la fois réguler et contrôler les bonnes pratiques, mais qui doit aussi faciliter l’enregistrement des études et de la Recherche en général. Enfin, nerf de la guerre, le financement doit provenir de sources variées avec une approche systémique du risque: public, privé et mixte.
Il faut souligner qu’au niveau mondial, 11.000 nouvelles études cliniques sont initiées chaque année, soit une évolution de 30% par rapport à 2006. Cette croissance est dûe principalement à l’augmentation des requis règlementaires pour l’approbation des médicaments, qu’ils soient innovants ou génériques. A présent, une partie des pays dits « émergents » sont acteurs de cette recherche internationale et intègrent eux aussi ces études. Grâce à une politique de passerelle et d’échange de talents entre le monde industriel et académique, ces pays ont pu obtenir très rapidement des résultats efficients, et dans le respect de la triple contrainte: coût / rapidité d’exécution et d’approbation/ qualité et éthique.
C’est ainsi que l’Ukraine a pu, grâce à une politique volontariste de son gouvernement enregistrer des résultats marquants qui ont non seulement transformé le paysage de sa recherche, mais aussi de son image au niveau mondial. Le gouvernement ukrainien a mis en place des mesures concrètes telles que la simplification de la procédure d’approbation des études cliniques avec une réduction des délais à 55 jours, la simplification de la procédure d’importation du matériel nécessaire aux études, la dérégulation de la législation relative aux assurances, un allégement fiscal pour les produits médicaux et le renforcement du pool d’investigateurs avec plus de 750 spécialistes expérimentés et formés aux bonnes pratiques cliniques internationales. Ce sont aussi près de 1.500 sites d’investigation clinique qui participent au recrutement et au traitement de 50.000 patients par an.
Le Maroc dispose de nombreux atouts pour créer un écosystème intégré de la recherche biomédicale. Le Royaume dispose en effet d’infrastructures universitaires et hospitalières développées, d’une large diversité de son génome, des patients en attente de traitements innovants, et de professionnels, médecins et chercheurs, qualifiés.
Les autorités marocaines sont aujourd’hui foncièrement convaincues du potentiel que représente la Recherche Biomédicale, aussi bien sur le plan sanitaire, économique que social. C’est pourquoi, l’Etat doit continuer à jouer son rôle de facilitateur, particulièrement en améliorant l’assise juridique et la gouvernance de sa recherche biomédicale.
A ce titre, deux mesures concrètes peuvent rapidement porter leurs fruits: la création d’un Guichet unique qui facilitera la mise en place des études en centralisant l’ensemble des approbations requises par les différentes administrations, comité d’éthique et ministères; le deuxième est la réduction des délais d’approbation à 30-45 jours comme vient de le faire la Belgique.
La France, quant à elle, a lancé deux types de Fast Track pour les essais cliniques: un dédié à l’accès à l’innovation pour les traitements innovants, puis un second dédié à un soutien au développement avec la mise en place de nouveaux essais avec une molécule connue.
Pour atteindre ces objectifs, il est nécessaire de mobiliser l’ensemble des acteurs de santé autour d’un cap commun: positionner le Maroc comme un des leaders régionaux de la recherche. Un livre blanc dédié à la recherche biomédicale sera d’ailleurs publié très prochainement. Réalisé de manière collégiale avec l’ensemble des professionnels de santé, publics et privés, celui-ci présentera un ensemble de recommandation et mesures prioritaires, ainsi que les modalités d’exécution de celles-ci
Que signifie la recherche biomédicale?
La recherche biomédicale est un domaine d’études qui vise à améliorer les connaissances en matière de santé. Elle se base sur le recueil, chez des personnes volontaires, d’informations à caractère biologique et/ou médical, recherche médicale, recherche clinique, essai clinique, essai thérapeutique, au sens de la loi, tous ces termes désignent des recherches biomédicales.
La recherche biomédicale vise à mieux connaître les maladies, à mieux les dépister ou les contrôler, à les guérir ou encore à les prévenir. La recherche biomédicale est indispensable au progrès médical.
Cette activité suit un long processus de sa conception jusqu’à l’analyse des résultats. En effet, pour assurer une sécurité maximale aux participants, les recherches sont strictement encadrées par la loi. Elles sont conçues et menées par des équipes pluridisciplinaires de personnes qualifiées, travaillant selon un protocole établi. Tout au long d’une recherche, des comités surveillent son déroulement.

Myriem Tamimy

Secrétaire Générale de LEMM (Les Entreprises du Médicament au Maroc)

Livre Blanc : Recherche Biomédicale, défi de la prochaine décennie


Après le franc succès du Colloque National organisé les 09 et 10 Février 2018, les Entreprises du Médicament au Maroc sont ravies de vous annoncer la publication du Livre Blanc intitulé : La Recherche Biomédicale au Maroc, Enjeux de la prochaine décennie.
Cet ouvrage inclut toutes les recommandations d’éminents experts nationaux et internationaux mobilisés lors de cet événement de premier plan dans le secteur de la santé.
Avec le soutien effectif de son Excellence Monsieur le Chef de Gouvernement, le Professeur Saad Eddine El Othmani et du Ministre de l’Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, le Professeur Said Amzazi, ce Livre Blanc a également pu compter sur la contribution majeure du Docteur Moncef Slaoui, du Docteur Sam Azoulay et du Professeur Farid Hakkou.

download-to-storage-drive Vous pouvez dès à présent le télécharger en cliquant ici.

Le LEMM et l’UM6SS renforcent leur partenariat pour le développement de la Recherche Biomédicale au Maroc

photo-convention-um6ss-lemm_13092018

Les Entreprises du Médicament au Maroc (LEMM) et l’Université Mohamed VI des Sciences de la Santé (UM6SS) renforcent leur partenariat pour le développement de la Recherche Biomédicale au Maroc.

 

Le 10 Septembre 2018, LEMM et l’UM6SS signent un nouvel accord dédié à la R&D, l’innovation et la formation.

En unissant leurs expertises, LEMM et l’UM6SS ont pour objectif de développer des formations adaptées et spécialisées pour répondre aux besoins de l’industrie de la Recherche biomédicale.

Dans ce cadre l’UM6SS lance le Diplôme Universitaire (DU) « Méthodologie de Recherche Clinique et Bio Statistiques » dédié à la Recherche Biomédicale et aux Essais Cliniques. L’objectif est de former les jeunes professionnels aux bonnes pratiques cliniques en s’alignant sur les standards internationaux. Pour l’industrie, ce diplôme permet de disposer de ressources compétentes et qualifiées pour le Maroc et plus largement pour l’Afrique. La formation verra la participation de professeurs et d’experts internationaux.

Ces engagements convergent parfaitement avec la vision ambitieuse de Sa Majesté le Roi Mohamed VI sur l’emploi et la formation des jeunes et sont alignés avec les engagements récents du gouvernement et de la CGEM pour promouvoir et faciliter les partenariats Universités – Entreprises privées, notamment pour les formations professionnelles.

« Ce nouveau DU est pour nous une manière d’inculquer un nouvel esprit à nos étudiants, celui de l’innovation, et d’implémenter durablement la culture de la Recherche au sein de notre Université. Ce nouvel avenant est le prolongement de nos actions en matière de formation et de promotion des compétences dans le secteur de la santé au Maroc » précise le Professeur Chakib Nejjari, Président de l’UM6SS.

Cette convention, signée entre LEMM et l’UM6SS, est le fruit des travaux issus du Colloque National dédié à la Recherche Biomédicale qui s’est tenu le 9 et 10 février 2018 à Rabat, en présence du Chef de Gouvernement. Lors de cette rencontre, les intervenants, tous éminents chercheurs et experts nationaux et internationaux, ont insisté sur l’absolue nécessité de mettre en place des modules de formation à forte employabilité dédiés à la Recherche & Développement pour les lauréats des universités médicales et scientifiques.

« La R&D universitaire a toujours été l’un des pivots de l’innovation pharmaceutique dans le Monde. Au Maroc, dans la continuité des efforts de mise en place d’un écosystème de la Recherche Biomédicale, ce point est devenu critique. Notre collaboration avec l’UM6SS consolide nos engagements dans ce sens, renforçant encore plus notre conviction que l’innovation est l’un des principaux leviers de l’accès à la santé pour tous les patients marocains » ajoute Mr. Taha Ait Hanine, Vice-Président du LEMM.

Pour rappel, l’UM6SS et le LEMM avaient déjà signé le 20 Mai 2017 une convention pour le renforcement de leurs efforts en matière de R&D. Ce partenariat a permis, en l’espace de 18 mois, de déployer plus d’une dizaine de formations dédiées aux professionnels de la santé.

A propos de l’UM6SS

L’Université Mohammed VI des Sciences de la Santé se positionne comme un acteur majeur de l’enseignement, de la recherche et de l’innovation dans le domaine de la santé.

Sa mission est de former des professionnels de la santé mais également des citoyens engagés dans l’amélioration de la santé publique.

L’écosystème universitaire que l’université souhaite bâtir jour après jour vise à créer une capacité à innover et à réussir des projets dans le domaine de la santé. Cet objectif guide les décisions et les actions des membres de l’ensemble de la communauté de l’UM6SS.

A propos du LEMM

Les Entreprises du Médicament au Maroc est une association professionnelle à but non lucratif, créée en 2005, composée de 19 sociétés marocaines, filiales de groupes pharmaceutiques internationaux qui œuvrentdans la R&D, mise au service de tous les acteurs de la santé présents sur le territoire national.

La mission des membres du LEMM est de mettre à disposition des patients, du corps médical et de l’ensemble des prestataires de soins des solutions de santé innovantes, aux standards internationaux les plus stricts aussi bien pour les maladies lourdes que pour les maladies sociétales.

Le LEMM soutient l’engagement de ses membres pour être des partenaires essentiels du développement du système de santé marocain.

Recherche biomédicale : Le Maroc recule dans le classement mondial

recherche-biomedicale

Le nombre d’essais cliniques en cours au Maroc ne dépasse pas 100, bien loin de l’Egypte à 1.500 et de la Tunisie avec 250. Le Maroc a reculé d’environ 9 places dans le classement de la recherche biomédicale.

Si le système de santé au Maroc souffre de plusieurs maux que dire de la recherche biomédicale. Cette science qui contribue au développement économique d’un pays est encore à l’état embryonnaire dans notre pays. Chiffres à l’appui, le nombre d’essais cliniques en cours au Maroc est d’à peine 95, bien loin de l’Egypte qui est à 1.500 et de la Tunisie avec 250.

Pis encore, la recherche biologique (RB) dans le secteur de la santé a considérablement reculé ces dernières années. Alors qu’il était classé à la 48ème place en 2011, le Maroc a reculé d’environ 9 places pour se caser à la 57ème place, devancé par l’Algérie (56ème place), la Tunisie (51ème place) et l’Egypte (39ème place).

Et pourtant, les retombées de la RB sur les patients ainsi que sur l’économie ne sont pas à négliger. Faut-il rappeler que l’industrie pharmaceutique vient en tête de liste des secteurs les plus en vogue et qui réalisent le plus grand chiffre d’affaires dans le monde.

La recherche scientifique est-elle une priorité ?

D’où l’importance d’accorder un intérêt particulier au développement de la recherche biomédicale qui certes requiert des financements importants mais dont le retour sur investissement est multiplié par 3.

Certains diront que face aux défis à relever en matière de couverture médicale, la recherche biomédicale n’est pas une priorité. Selon les professionnels du secteur, l’une n’empêche pas l’autre. Certes notre système de santé est défaillant, n’est pas équitable, ne répond pas aux besoins saillants de la population…

Toutefois, sa mise à niveau ne doit pas freiner l’émergence de cette industrie qui ne deviendra concurrentielle qu’à travers la recherche biomédicale. En effet, cette dernière permet à la fois de faire évoluer la prise en charge des patients, d’améliorer l’accès à l’innovation, d’améliorer la qualité des soins mais aussi de devenir un moteur de croissance. Le potentiel de développement des activités d’outsourcing de la RB est de près d’1 Md de DH/an, pour le Maroc, soit près de 10% du potentiel de la région MENA.

Pour cela, il va falloir accélérer la mise en place des écosystèmes pharmaceutiques prévue dans le cadre du Plan d’accélération industrielle 2014-2020 dont un est dédié spécifiquement à la RB, focalisée sur les essais cliniques. Ce projet prévoit des mesures incitatives législatives, économiques et académiques.

Il devra à terme créer entre 4.700 et 5.000 nouveaux emplois directs à forte valeur ajoutée, générer une valeur ajoutée et un excédent commercial additionnels, respectivement de près de 4,2 et 7,8 milliards de dirhams et augmenter le chiffre d’affaires direct du secteur d’environ 11,1 milliards de dirhams.

Il est question également d’assouplir la procédure administrative notamment pour l’octroi des autorisations d’essai clinique. Mais aussi de renforcer le cadre réglementaire notamment pour cette partie des essais étant donné qu’actuellement elle n’est régie que par deux circulaires. L’adoption d’une loi et des décrets d’application sont impératifs pour l’émergence de la recherche biomédicale, facteur de développement économique et un moyen d’accès rapide au médicament.

A noter que les essais cliniques qui se font au Maroc, essentiellement par les laboratoires pharmaceutiques étrangers, ne concernent pas encore la phase correspondante à la première administration d’un médicament à l’homme.

LEMM renouvelle son Bureau Exécutif

Casablanca, le 23 Mai 2018,

Le 17 Mai 2018, à Casablanca, lors de leur Assemblée Générale Ordinaire (AGO), les membres du LEMM ont voté à l’unanimité la reconduction du Bureau Exécutif :

  • Sanofi, représenté par son Directeur Général, M. Amine Benabderrazik, Président
  • Servier, représenté par son Directeur Général, M. Jean Yves Gal, Vice-Président
  • Abbvie, représenté par son Directeur Général, M. Taha Ait Hanine, Vice-Président
  • Merck, représenté par son Directeur Général, M. Taher Hassen, Vice-Président
  • Janssen, représenté par sa Directrice Générale, Mme Myriem Tamimy, Secrétaire Générale
  • Pierre Fabre, représenté par son Directeur Général, M. Pierre Behnam, Trésorier
  • Fadela Benjelloun, Directrice exécutive

Présents au Maroc depuis plus d’un demi-siècle, les membres du LEMM maintiennent le même cap qui se décline en trois objectifs prioritaires :

  • Soutenir l’accès précoce des patients marocains à l’innovation thérapeutique
  • Développer et promouvoir activement la Recherche & Développement
  • Promouvoir et soutenir l’éthique et la déontologie dans le secteur

Fidèle à sa mission et afin d’accompagner le Maroc dans ses défis actuels et futurs, le LEMM s’engage à conjuguer l’expertise et l’expérience de ses membres, en matière d’investissement et d’innovation, pour initier des partenariats et des dialogues constructifs avec les autorités, ainsi qu’avec l’ensemble des acteurs de santé, dans l’intérêt du patient marocain.

Les membres du LEMM s’engagent également à accompagner l’essor du secteur sanitaire marocain à travers un soutien actif aux activités de Recherche et à la mise en place des solutions médicales du futur. LEMM continuera à participer activement à la formation des acteurs de santé, notamment à travers le transfert de savoir-faire et de compétences. Dans cette même dynamique, les membres du LEMM contribueront à la création d’emplois qualifiés et à forte valeur ajoutée.

Sur le volet international, LEMM soutient le Royaume dans sa stratégie de leadership à l’échelle continentale. En effet, présents sur plus de 54 pays africains, les membres du LEMM considèrent aujourd’hui le Maroc comme une véritable plateforme d’export de l’expertise pharmaceutique sur le continent.

Pour rappel, LEMM représente aujourd’hui 18 membres actifs qui cumulent 53% du chiffre d’affaires total du secteur, pour plus 142 Millions d’unités commercialisées (en 2016). LEMM totalise près de 2 000 emplois directs (8 000 indirects), dont plus de la moitié sont hautement qualifiés. Les membres du LEMM investissent annuellement plus de 650 Millions de Dhs dans la formation et 76 Millions de Dhs dans la R&D au Maroc.

Les entreprises du médicament veulent hisser le Maroc au top trois de la recherche clinique africaine

D’éminents chercheurs marocains en biomédical reconnus à l’international ont pris part à ce colloque. Ph. Kartouch

Le Matin du 11 Février 2018

Les investissements en recherche et développement dans le secteur pharmaceutique mondial sont conséquents et se chiffrent à plus de 140 milliards de dollars. Le Maroc souhaite capter une part de ces investissements pour booster ce secteur dont le potentiel de développement est estimé à quelque 1 milliard de DH par an en moyenne pour les cinq années à venir. Ce sont là les chiffres avancés par les spécialistes du secteur ayant pris part, vendredi et samedi à Rabat, au premier colloque national dédié à la recherche biomédicale.

Organisé par Les Entreprises du médicament au Maroc (LEMM), ce colloque a rassemblé plusieurs spécialistes marocains et étrangers ainsi que des décideurs et des acteurs économiques venus exposer les principaux défis du secteur ainsi que le potentiel de développement qu’il présente. Dans ce sens, le Chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a plaidé en faveur d’une vision claire de l’évolution du système de santé marocain. «Si la capacité d’innover est un objectif auquel aspire le chercheur, elle doit être le résultat d’une vision claire de l’évolution de notre système de santé», a-t-il assuré.
Poursuivant son intervention, M. El Othmani a affirmé que l’industrie pharmaceutique au Maroc avait fait preuve de dynamisme et d’efficacité, notant qu’il était temps qu’elle se ressaisisse en accédant à une meilleure visibilité régionale, voire internationale. Pour atteindre ces objectifs, une amélioration de l’assise juridique de la recherche biomédicale avec ses lois et ses décrets d’application s’impose, selon lui. Dans le même sens, le responsable gouvernemental a insisté sur l’importance d’une gouvernance efficiente où doit s’exprimer une volonté de simplification des procédures, depuis l’appel à projet jusqu’à la publication finale des résultats de la recherche.

De son côté, le ministre de l’Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Saïd Amzazi, a souligné que les industries pharmaceutiques et les standards internationaux fixaient le taux d’investissement en la recherche et développement entre 15 et 20% du chiffre d’affaires. Un taux qui n’est pas souvent respecté, à l’exception de quelques mastodontes de l’industrie marocaine, a précisé M. Amzazi qui a mis en avant l’importance de la recherche dans l’amélioration de la compétitivité des entreprises.
Pour sa part le président de LEMM, dont les membres ont investi quelque 76 millions de dirhams en recherche et développement en 2016, n’a pas caché ses ambitions. En effet, Amine Benabderrazik a affirmé que l’Association avait pour but de hisser le Maroc au top trois de la recherche clinique africaine dans les cinq ans à venir au lieu de la septième place qu’il occupe actuellement. Pour M. Benabderrazik, le colloque organisé par l’association LEMM est un premier pas vers la concrétisation de cette stratégie ambitieuse.

Pour rappel, d’éminents chercheurs marocains en biomédical reconnus à l’international ont pris part à ce colloque. Mettant en avant leur expérience en la matière, ces chercheurs ont exposé les différentes avancées réalisées à l’international. En prenant part également aux travaux scientifiques de ce colloque, ces participants sont intervenus dans le cadre de plusieurs panels sur des thèmes divers tels que «La protection et la sécurité optimale du patient marocain», «Les externalités positives d’une industrie de la recherche biomédicale» ou «Le cadre de gouvernance adapté pour le Maroc».

Biomédecine: D’énormes opportunités à saisir

amine_benabderrazik_007.jpg

L’Économiste du 12/02/2018

Avec un marché de 140 milliards dans le monde, la recherche biomédicale offre d’énormes opportunités que le Maroc ambitionne de saisir. C’est dans cet objectif que les industriels du secteur pharmaceutique se sont réunis, vendredi et samedi dernier à Rabat, pour «mener un débat de fond» sur les moyens d’attirer une partie des investissements mondiaux dans la recherche biomédicale. L’enjeu est de capter une partie des 80 milliards de dollars que draine «la sous-traitance de la R&D.

De ce total, les essais cliniques pèsent 54 milliards. Au Maroc, plusieurs études ont identifié un potentiel de près de 1 milliard de DH par an, sur les 10 prochaines années», selon Amine Benabderrazik, président de l’association «Les entreprises du médicament au Maroc», organisatrice du colloque. Ses membres sont majoritairement des filiales des big pharma.

L’ambition de l’association est de hisser le Maroc au top 3 en Afrique en matière de recherche biomédicale dans les 5 prochaines années. Le gouvernement a été interpellé sur d’éventuelles incitations à une activité à forte valeur ajoutée et créatrice d’emplois qualifiés. Aux Etats-Unis, la recherche biomédicale a permis de créer 900.000 emplois directs, avec un impact économique global de 1.200 milliards de dollars. Au Royaume-Uni, c’est 230.000 emplois directs et 90 milliards de dollars, relève Moncef Slaoui, président de Galvani Bioelectronics qui a mis l’accent sur une série de pré requis.

Le nouveau ministre de la Santé, annoncé au départ de ce colloque, a finalement posé un lapin aux organisateurs. Dans un futur proche, un médicament sur trois sera biologique, fait remarquer Said Amzazi, ministre de l’Education nationale et la recherche scientifique. Cancer, diabète, tuberculose… Autant de maladies traitées grâce aux biomédicaments. Au niveau national, quelques initiatives ont permis d’aboutir à des résultats concluants.

C’est le cas notamment du laboratoire de biotechnologie relevant de la Fondation Mascir. Toutefois, en dépit des efforts des différents centres de R&D, la valorisation des innovations reste encore un frein, comme l’a souligné Amzazi. Selon lui, «le Maroc dispose des atouts lui permettant de s’ériger en exportateur dans ce secteur».

C’est le cas notamment de valorisation des plantes ou de l’extraction des molécules naturelles, a-t-il dit. La stratégie d’accélération industrielle a identifié la recherche biomédicale focalisée sur les essais cliniques en tant qu’écosystème. Les opérateurs «y croient fortement», selon Benabderrazik. Il a expliqué que c’est un créneau qui a «une valeur structurante, à la fois un mode d’accès à l’innovation thérapeutique, une source de formation continue et un accélérateur économique».

ﻳﺘﻤﻮﻗﻊ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ ﻓﻲ ﺻﻨﺎﻋﺔ ﺟﺪﻳﺪﺓ ُﻣﻨﺸﺌﺔ ﻟﻠﻘﻴﻤﺔ : ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ

D’éminents chercheurs marocains en biomédical reconnus à l’international ont pris part à ce colloque. Ph. Kartouch

ﺍﻟﺠﻤﻌﺔ 9 ﻭ ﺍﻟﺴﺒﺖ 10 ﻓﺒﺮﺍﻳﺮ 2018

ﺑﺤﻀﻮﺭ ﺭﺋﻴﺲ ﺍﻟﺤﻜﻮﻣﺔ، ﺍﻟﺪﻛﺘﻮﺭ ﺳﻌﺪ ﺍﻟﺪﻳﻦ ﺍﻟﻌﺜﻤﺎﻧﻲ، ﺟﻤﻌﺖ ﻣﻘﺎﻭﻻﺕ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ ﻣﺠﻤﻮﻉ ﻓﺎﻋﻠﻲ ﻗﻄﺎﻉ ﺍﻟﺼﺤﺔ ﻭﺻﻨﺎﻋﺔ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﻣﻦ ﺧﻼﻝ ﺗﻨﻈﻴﻢ ﺍﻟﻨﺪﻭﺓ ﺍﻟﻮﻁﻨﻴﺔ ﺍﻷﻭﻟﻰ ﺍﻟﻤﺨﺼﺼﺔ ﻟﻠﺒﺤﺚ ﺍﻟﻄﺐ ﺍﻟﺤﻴﻮﻱ ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ، ﺗﺤﺖ ﻋﻨﻮﺍﻥ « ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ، ﺗﺤﺪﻱ ﺍﻟﻌﻘﺪ ﺍﻟﻤﻘﺒﻞ » . ﺳﺘﺘﻴﺢ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﺒﺎﺩﺭﺓ ﺍﻷﻭﻟﻰ ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ ﻭﻟﻤﺪﺓ ﻳﻮﻣﻴﻦ، ﺟﻤﻊ ﺑﺎﺣﺜﻴﻦ ﺑﺎﺭﺯﻳﻦ ﻓﻲ ﻣﺠﺎﻝ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ ﻓﻲ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ ﻭﻓﻲ ﺍﻟﻌﺎﻟﻢ، ﻭﻛﺬﺍ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﻣﻤﺜﻠﻲ ﺍﻟﺤﻜﻮﻣﺔ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﻭﻣﺠﻤﻮﻉ ﺍﻷﻁﺮﺍﻑ ﺍﻟﻤﻌﻨﻴﺔ : ﺃﻛﺎﺩﻳﻤﻴﺔ، ﺟﻤﻌﻮﻳﺔ، ﺍﻗﺘﺼﺎﺩﻳﺔ ﻭﺍﻟﺪﺑﻠﻮﻣﺎﺳﻴﺔ

ﻣﻦ ﺧﻼﻝ ﻫﺬﻩ ﺍﻟﻨﺪﻭﺓ، ﻗﺪ ﻳﺮﺍﻫﻦ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ ﻋﻠﻰ ﺻﻨﺎﻋﺔ ﺟﺪﻳﺪﺓ ﺟﺪ ﻭﺍﻋﺪﺓ، ﻭﻫﺬﻩ ﺍﻟﻤﺮﺓ، ﻓﻲ ﻗﻄﺎﻉ ﻣﺎﺩﻱ ﻭﻻﻣﺎﺩﻱ : ﺇﻧﻪ ﻗﻄﺎﻉ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﻌﻠﻤﻲ

ﻓﻌﻠﻰ ﺍﻟﺼﻌﻴﺪ ﺍﻟﺪﻭﻟﻲ، ﻳﺸﻜﻞ ﺍﻟﺘﻌﺎﻗﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﺒﺎﻁﻦ ﻷﻧﺸﻄﺔ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﻭﺍﻟﺘﻄﻮﻳﺮ ﻧﺼﻒ ﺍﻟﻘﻄﺎﻉ، ﺃﻱ ﻣﺎ ﻳﻌﻨﻲ ﺳﻮﻕ ُﺗﻘﺪﺭ ﺑﺄﺯﻳﺪ ﻣﻦ 80 ﻣﻠﻴﺎﺭ ﺩﻭﻻﺭ، ﺳﺘﺨﺼﺺ ﻣﺎ ﻳﻘﺎﺭﺏ 54 ﻣﻠﻴﺎﺭ ﻣﻨﻬﺎ ﻟﻠﺘﺠﺎﺭﺏ ﺳﺮﻳﺮﻳﺔ. ﻓﻴﻤﺎ ﻳﺨﺺ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ، ُﺗﺸﺨﺺ ﻋﺪﺓ ﺩﺭﺍﺳﺎﺕ ﺣﻮﻝ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ ﻗﺪﺭﺓ ﻟﻠﻨﻤﻮ ﺑﺤﻮﺍﻟﻲ ﻣﻠﻴﺎﺭ ﺩﺭﻫﻢ ﺳﻨﻮﻳﺎ ﻋﻠﻰ ﻣﺪﻯ ﺍﻟﺴﻨﻮﺍﺕ ﺍﻟﻌﺸﺮ ﺍﻟﻤﻘﺒﻠﺔ.

ﻟﻬﺬﺍ ﻳﺘﻢ ﺍﻟﺘﻔﻜﻴﺮ ﻣﻠﻴﺎ ﺍﻟﻴﻮﻡ ﻣﻦ ﻗﺒﻞ ﻣﻘﺎﻭﻻﺕ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ، ﻭﻫﻲ ﻓﺮﻭﻉ ﻣﻐﺮﺑﻴﺔ ﻟﺸﺮﻛﺎﺕ ﻣﺘﻌﺪﺩﺓ ﺍﻟﺠﻨﺴﻴﺔ، ﻟﺠﻌﻞ ﺑﻠﺪﻧﺎ ﻳﺴﺘﻔﻴﺪ ﻣﻦ ﻫﺬﻩ ﺍﻻﺳﺘﺜﻤﺎﺭﺍﺕ ﺍﻟﺪﻭﻟﻴﺔ، ﺧﺎﺻﺔ ﻓﻲ ﻣﺠﺎﻝ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ ﺍﻟﺬﻱ ﺳﻴﻜﻮﻥ ﺑﺎﻟﺘﺄﻛﻴﺪ ﺃﺣﺪ ﺍﻟﺘﺤﺪﻳﺎﺕ ﺍﻟﺮﺋﻴﺴﻴﺔ ﻟﻠﻘﻄﺎﻉ ﻓﻲ ﺍﻟﻌﻘﺪ ﺍﻟﻤﻘﺒﻞ

ﺑﺠﻤﻊ ﻛﻞ ﺍﻷﻁﺮﺍﻑ ﺍﻟﻤﺘﺪﺧﻠﺔ ﻭﺍﻟﻔﺎﻋﻠﻴﻦ ﺍﻟﻤﻌﻨﻴﻴﻦ ﺑﺎﻟﻤﻮﺿﻮﻉ ﻭﺑﺎﻟﻌﻤﻞ ﻋﻠﻰ ﺗﻄﻮﻳﺮ ﻭﺗﻌﺰﻳﺰ ﺃﻧﺸﻄﺔ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ، ﻗﺪ ﺗﺮﺗﻘﻲ ﺍﻟﻤﻤﻠﻜﺔ ﺇﻟﻰ ﻣﺎ ﺑﻴﻦ 3 ﺃﻭﺍﺋﻞ ﺍﻟﺪﻭﻝ ﺍﻹﻓﺮﻳﻘﻴﺔ

ﺣﺴﺐ ﺃﻣﻴﻦ ﺑﻨﻌﺒﺪ ﺍﻟﺮﺍﺯﻕ، ﺭﺋﻴﺲ ﺟﻤﻌﻴﺔ ﻣﻘﺎﻭﻻﺕ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﺑﺎﻟﻣﻐﺭﺏ

ﻟﻠﺒﺤﻮﺙ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ ﻗﻴﻤﺔ ُﻣﻬﻴﻜﻠﺔ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﺪﻯ ﺍﻟﻤﺘﻮﺳﻂ ﻭﺍﻟﻄﻮﻳﻞ. ﺇﻧﻬﺎ ﻓﻲ ﻧﻔﺲ ﺍﻟﻮﻗﺖ ﻁﺮﻳﻘﺔ ﻣﺘﻤﻴﺰﺓ ﻟﻠﻮﺻﻮﻝ ﻟﻼﺑﺘﻜﺎﺭ ﺍﻟﻌﻼﺟﻲ ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﻠﻤﺮﺿﻰ، ﻣﺼﺪﺭ ﺗﻜﻮﻳﻦ ﻣﺴﺘﻤﺮ ﻟﻤﻬﻨﻴﻲ ﺍﻟﺼﺤﺔ ﻭﻛﺬﺍ ُﻣﺴﺮﻉ ﺍﻗﺘﺼﺎﺩﻱ ﻟﻠﻘﻄﺎﻉ ﺍﻟﺼﻴﺪﻻﻧﻲ

ﻭﻟﻬﺬﻩ ﺍﻟﻐﺎﻳﺔ، ﻭﻓﻲ ﺇﻁﺎﺭ ﺧﻄﺔ ﺍﻟﺘﺴﺮﻳﻊ ﺍﻟﺼﻨﺎﻋﻲ 2020-2014، ﺃﻁﻠﻘﺖ ﺍﻟﺤﻜﻮﻣﺔ ﺍﻟﻤﻐﺮﺑﻴﺔ ﻓﻲ ﻣﺎﺭﺱ 2016 ﻣﺸﺮﻭﻋﺎ ﻹﻗﺎﻣﺔ ﻧﻈﻢ ﺇﻳﻜﻮﻟﻮﺟﻴﺔ، ُﻳﻜﺮَﺱ ﻭﺍﺣﺪ ﻣﻨﻬﺎ ﺧﺼﻴﺼﺎ ﻟﻠﺒﺤﺚ ﺍﻟﻄﺒﻲ ﺍﻹﺣﻴﺎﺋﻲ، ﻭُﻣﺮﻛﺰﺍ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺘﺠﺎﺭﺏ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ. ﻳﻨﺺ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻤﺸﺮﻭﻉ ﻋﻠﻰ ﺗﺪﺍﺑﻴﺮ ﺗﺤﻔﻴﺰﻳﺔ ﺗﺸﺮﻳﻌﻴﺔ، ﺍﻗﺘﺼﺎﺩﻳﺔ ﻭﺃﻛﺎﺩﻳﻤﻴﺔ

ﻳﻄﻤﺢ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ ﺇﺫﻥ ﻟﺘﻄﻮﻳﺮ ﺃﻧﺸﻄﺔ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﻭﺍﻟﺘﻄﻮﻳﺮ ﺍﻟﺼﻴﺪﻻﻧﻲ، ﺳﻮﺍء ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﻠﺘﺠﺎﺭﺏ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ ﺃﻭ ﻧﻘﻞ ﺧﺪﻣﺎﺕ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﻭﺍﻟﺘﻄﻮﻳﺮ ﺍﻟﺼﻴﺪﻻﻧﻲ. ﻫﺬﺍ ﺍﻟﺘﻄﻠﻊ ﻫﻮ ﺃﻛﺜﺮ ﺿﺮﻭﺭﺓ ﻧﻈﺮﺍ ﻟﻜﻮﻥ ﻧﻈﻢ ﺇﻳﻜﻮﻟﻮﺟﻴﺔ ﺃﺧﺮﻯ ُﻣﺸَﺨﺼﺔ ﻛﺤﺎﻣﻠﺔ ﻟﻔﺮﺹ ﺍﻹﻧﻤﺎء (ﻻﺳﻴﻤﺎ ﺍﻟﺒﺪﺍﺋﻞ ﺍﻟﺤﻴﻮﻳﺔ ﻭﺗﺼﺪﻳﺮ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ) ﻟﻦ ﺗﺘﺤﻘﻖ ﺇﻻ ﺑﺘﻄﻮﺭ ﺍﻷﺑﺤﺎﺙ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ

ﺇﻻ ﺃﻧﻪ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﻤﻠﻜﺔ ﻣﻮﺍﺟﻬﺔ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪ ﻣﻦ ﺍﻟﺘﺤﺪﻳﺎﺕ ﻟﺘﺤﻘﻴﻖ ﻗﺪﺭﺍﺗﻬﺎ ﺍﻟﻜﺎﻣﻠﺔ ﻓﻲ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻘﻄﺎﻉ ﺍﻟﻮﺍﻋﺪ. ﺃﻭﻻ، ﺇﻥ ﺗﻌﻘﻴﺪ ﻭﻏﻴﺎﺏ ﺍﻟﺘﻮﻗﻌﻴﺔ ﻟﻺﻁﺎﺭ ﺍﻟﺘﻨﻈﻴﻤﻲ ُﺗﻌﻴﻖ ﺑﻘﻮﺓ ﺍﻟﺠﺎﺫﺑﻴﺔ ﺍﻟﻮﻁﻨﻴﺔ ﻓﻲ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻤﺠﺎﻝ. ﺛﻢ ﺇﻧﻪ ﻣﻦ ﺍﻟﻀﺮﻭﺭﻱ ﺗﻔﻌﻴﻞ ﻛﺎﻓﺔ ﺍﻟﺮﻭﺍﻓﻊ ﺍﻟﻤﺆﺳﺴﺎﺗﻴﺔ، ﺍﻻﻗﺘﺼﺎﺩﻳﺔ ﻭﺍﻟﻤﺎﻟﻴﺔ ﻟﻤﻀﺎﻋﻔﺔ ﺍﻟﺘﺠﺎﺭﺏ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ ﻓﻲ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ. ﻭﺃﺧﻴﺮﺍ، ﻓﺈﻥ ﻋﺪﺩ ﺷﺮﻛﺎﺕ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﻤﺘﻌﺎﻗﺪﺓ ﺍﻟﻌﺎﻣﻠﺔ (CRO) ﻓﻲ ﺍﻟﻤﻐﺮﺏ ﻣﺤﺪﻭﺩ ﺟﺪﺍ، ﻓﻲ ﻭﻗﺖ ﺃﻧﻬﺎ ﺗﺸﻜﻞ ﺣﻠﻘﺔ ﺣﻴﻮﻳﺔ ﻓﻲ ﺍﻟﻮﺳﺎﻁﺔ ﺍﻟﻤﺘﻨﺎﻣﻴﺔ ﻣﺎ ﺑﻴﻦ ﺍﻟﻤﺨﺘﺒﺮﺍﺕ ﺍﻟُﻤﺒﺘﻜﺮﺓ ﻭﺍﻟﺒﺎﺣﺜﻴﻦ.

ﺣﺴﺐ ﺍﻟﺪﻛﺘﻮﺭ ﻣﻨﺼﻒ ﺍﻟﺴﻼﻭﻱ، ﺭﺋﻴﺲ ﻛﻠﻔﺎﻧﻲ ﺑﻴﻮﺇﻟﻜﺘﺮﻭﻧﻴﻚ ﻭﺑﺎﺣﺚ ﻣﻌﺘﺮﻑ ﺑﻪ ﺩﻭﻟﻴﺎ ﻹﺳﻬﺎﻣﺎﺗﻪ ﺍﻟﻌﺪﻳﺪﺓ ﻓﻲ ﺍﻟﺘﻘﺪﻡ ﺍﻟﻌﻠﻤﻲ ﻓﻲ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ

ﺗﻜﻤﻦ ﻋﻮﺍﻣﻞ ﺍﻟﻨﺠﺎﺡ ﺍﻟﺮﺋﻴﺴﻴﺔ ﻟﺘﻄﻮﻳﺮ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ ﻓﻲ ﻭﺿﻊ ﺍﺳﺘﺮﺍﺗﻴﺠﻴﺎﺕ ﻣﺪﻣﺠﺔ، ﻣﻮﺍءﻣﺔ ﻭﻣﻨﺴﺠﻤﺔ ﺑﻴﻦ ﻣﺨﺘﻠﻒ ﺍﻟﺴﻴﺎﺳﺎﺕ ﺍﻟﻌﻤﻮﻣﻴﺔ ﻭﺍﻟﺪﻭﺍﺋﺮ ﺍﻟﻮﺯﺍﺭﻳﺔ ﺍﻟﻤﻌﻨﻴﺔ ﻭﻭﺟﻮﺩ ﻗﻮﺍﻧﻴﻦ ﻭﺃﻧﻈﻤﺔ ﻣﺴﺘﻘﺮﺓ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﺪﻯ ﺍﻟﻄﻮﻳﻞ ﻭﺑﺎﻟﺘﺎﻟﻲ َﻣَﺘﻮﻗﻌﺔ

ﺇﺫ ﺳﻴﻜﻮﻥ ﻟﺘﺪﺍﺑﻴﺮ ﺇﺭﺍﺩﻳﺔ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﺴﺘﻮﻯ ﺍﻟﺘﻨﻈﻴﻤﻲ ﻭﺍﻟﻤﻌﻴﺎﺭﻱ ﺃﺛﺮ ﺇﻳﺠﺎﺑﻲ ﻋﻠﻰ ﺗﺤﻘﻴﻖ ﻗﺪﺭﺍﺕ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻨﻈﺎﻡ ﺍﻟﺒﻴﺌﻲ. ﺃﻭﻻ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﺴﺘﻮﻯ ﺍﻟﺼﺤﻲ، ﻻﺳﻴﻤﺎ ﺇﺯﺍء ﺍﻟﻤﺮﺿﻰ ﺍﻟﻤﻐﺎﺭﺑﺔ ﺍﻟﺬﻳﻦ ﺳﻴﺤﺼﻠﻮﻥ ﺑﺸﻜﻞ ﻣﺒﻜﺮ ﻋﻠﻰ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﺍﻟﻨﺎﺗﺠﺔ ﻋﻦ ﺃﺣﺪﺙ ﺍﻻﺑﺘﻜﺎﺭﺍﺕ. ﺛﻢ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺼﻌﻴﺪ ﺍﻻﻗﺘﺼﺎﺩﻱ، ﺑﻔﻀﻞ ﺍﺳﺘﺜﻤﺎﺭﺍﺕ ﺍﻟﺼﻨﺎﻋﺎﺕ ﺍﻟﺼﻴﺪﻻﻧﻴﺔ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻴﺔ ﻭﻟﻜﻦ ﺃﻳﻀﺎ ﻣﻦ ﺧﻼﻝ ﺗﺼﺪﻳﺮ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﺍﻟﻤﺼﻨﻌﺔ ﻣﺤﻠﻴﺎ ﻭﺍﺳﺘﻘﺮﺍﺭ ﺷﺮﻛﺎﺕ ﺗﻘﺪﻳﻢ ﺍﻟﺨﺪﻣﺎﺕ ﻟﻠﺒﺤﻮﺙ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ، ﻻﺳﻴﻤﺎ ﺷﺮﻛﺎﺕ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﻤﺘﻌﺎﻗﺪﺓ (CRO) ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ ﻭﻣﺎ ﻗﺒﻞ ﺍﻟﺴﺮﻳﺮﻳﺔ. ﺛﻢ ﻋﻠﻰ ﺍﻟﻤﺴﺘﻮﻯ ﺍﻟﻌﻠﻤﻲ، ﻣﻦ ﺧﻼﻝ ﻧﻘﻞ ﺍﻟﻤﻌﺮﻓﺔ، ﻭﻓﻲ ﺑﻌﺾ ﺍﻟﺤﺎﻻﺕ ﻧﻘﻞ ﺍﻟﺘﻜﻨﻮﻟﻮﺟﻴﺎ، ﻣﻊ ﺍﻧﻔﺘﺎﺡ ﺃﻛﺒﺮ ﻋﻠﻰ ﺍﻻﺑﺘﻜﺎﺭ. ﻭﺃﺧﻴﺮﺍ، ﻋﻠﻰ ﺍﻟﺼﻌﻴﺪ ﺍﻻﺟﺘﻤﺎﻋﻲ، ﻣﻦ ﺧﻼﻝ ﺧﻠﻖ ﻭﻅﺎﺋﻒ ﺟﺪﻳﺪﺓ ﻭﻣﺆﻫﻠﺔ، ﺧﺎﺻﺔ ﺑﻔﻀﻞ ﻭﺿﻊ ﻭﺣﺪﺍﺕ ﺗﻜﻮﻳﻦ ﺫﺍﺕ ﻗﺎﺑﻠﻴﺔ ﻋﺎﻟﻴﺔ ﻟﻠﺘﻮﻅﻴﻒ ﺑﺎﻟﻨﺴﺒﺔ ﻟﺨﺮﻳﺠﻲ ﺍﻟﺠﺎﻣﻌﺎﺕ ﺍﻟﻄﺒﻴﺔ ﻭﺍﻟﻌﻠﻤﻴﺔ ﻭ ﺍﻟﺼﻴﺪﻻﻧﻴﺔ

ﺑﻬﺬﺍ ﺍﻟﻄﻤﻮﺡ، ﺟﻤﻌﺖ ﻣﻘﺎﻭﻻﺕ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ ﻣﺠﻤﻮﻉ ﺍﻷﻁﺮﺍﻑ ﺍﻟﻤﻌﻨﻴﺔ، َﻟﻴﻌﻲ ﺍﻟﺠﻤﻴﻊ ﺑﺎﻟﻔﺮﺹ ﺍﻟﺘﻲ ﻳﺘﻴﺤﻬﺎ ﻫﺬﺍ ﺍﻟﻘﻄﺎﻉ، ﺑﻬﺪﻑ ﺍﻟﺘﺰﺍﻡ ﺟﻤﺎﻋﻲ ﻟﺘﻔﻌﻴﻞ ﺍﻟﺮﻭﺍﻓﻊ ﺍﻟﻼﺯﻡ ﻹﺷﻌﺎﻋﻪ ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ. ﺇﻥ ﺃﻋﻀﺎء ﻣﻘﺎﻭﻻﺕ ﺍﻷﺩﻭﻳﺔ ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ، ﺑﺸﺮﺍﻛﺔ ﻣﻊ ﺟﻤﻴﻊ ﻓﺎﻋﻠﻲ ﺍﻟﻘﻄﺎﻉ، ﻋﻠﻰ ﺍﺳﺘﻌﺪﺍﺩ ﻟﺒﺬﻝ ﻛﻞ ﺍﻟﺠﻬﻮﺩ ﻣﻦ ﺃﺟﻞ ﺍﻟﺘﻨﻤﻴﺔ ﺍﻟﻔﻌﻠﻴﺔ ﻟﺼﻨﺎﻋﺔ ﺍﻟﺒﺤﺚ ﺍﻟﺒﻴﻮﻟﻮﺟﻲ ﺍﻟﻄﺒﻲ ﺑﺎﻟﻤﻐﺮﺏ

Le Maroc se positionne sur une nouvelle industrie créatrice de valeur : La Recherche Biomédicale

D’éminents chercheurs marocains en biomédical reconnus à l’international ont pris part à ce colloque. Ph. Kartouch

Vendredi 9 et samedi 10 février 2018

En présence du Chef de Gouvernement, Dr Saad Eddine El Othmani, LEMM (Les Entreprises du Médicament au Maroc) réunit l’ensemble des acteurs du secteur de la santé et de l’industrie pharmaceutique en organisant le premier Colloque National dédié à la Recherche Biomédicale au Maroc, intitulé « La Recherche Biomédicale, défi de la prochaine décennie ». Cette première au Maroc permettra de réunir durant deux journées d’éminents chercheurs dans la recherche biomédicale au Maroc et dans le monde, ainsi que plusieurs représentants du gouvernement marocain et l’ensemble des parties prenantes : académiques, associatives, économiques et diplomatiques.

A  travers  ce  Colloque,  le  Maroc  pourrait  parier  sur  une nouvelle industrie fortement prometteuse, et cette-fois ci, dans un secteur aussi bien matériel qu’immatériel : celui de la Recherche.

Sur le plan international, la sous-traitance des activités de R&D pharmaceutique représente la moitié du secteur, c’est-à-dire un marché estimé à plus de 80 Milliards de $, dont près de 54 Milliards seront alloué aux essais cliniques. En ce qui concerne le  Maroc,  plusieurs  études  sur  la  Recherche  Biomédicale identifient un potentiel de développement de près d’un Milliard de Dirhams par an, sur les dix prochaines années.

C’est pourquoi une réflexion en profondeur est aujourd’hui menée  par  les  entreprises  pharmaceutiques  marocaines, filiales de multinationales, afin de faire profiter notre pays de ces investissements internationaux, notamment dans la recherche biomédicale qui sera certainement un des défis majeurs du secteur pour la prochaine décennie.

En fédérant l’ensemble des parties prenantes et des acteurs concernés par le sujet et en s’attelant à développer et à promouvoir les activités de Recherche Biomédicale, le Royaume pourrait se hisser dans le Top-3 des pays africains.

Selon Amine Benabderrazik, Président du LEMM :

« La recherche clinique a une valeur structurante sur le moyen et long terme. Elle est à la fois un mode privilégié d’accès à l’innovation thérapeutique pour le patient, une source de formation continue pour les professionnels de la santé ainsi qu’un accélérateur économique du secteur pharmaceutique ».

A cet effet, et dans le cadre du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020, le gouvernement marocain a lancé en Mars 2016 un projet de mise en place d’écosystèmes, dont un est dédié spécifiquement a la recherche biomédicale et focalisé sur les essais cliniques. Ce projet prévoit des mesures incitatives législatives, économiques et académiques.

Le Maroc ambitionne donc de développer les activités de R&D pharmaceutiques, tant pour les essais cliniques que pour l’out sourcing des services de R&D pharmaceutiques. Cette aspiration est d’autant plus nécessaire que d’autres écosystèmes identifiés comme porteurs d’opportunités (notamment les bio-similaires et l’export de médicaments) ne pourront se concrétiser qu’avec le développement de la recherche clinique.

Le Royaume doit néanmoins faire face à de multiples défis afin de réaliser son plein potentiel dans ce secteur prometteur. Tout d’abord, la complexité et le manque de prédictibilité du cadre réglementaire handicapent fortement l’attractivité nationale dans ce domaine. Ensuite, il est nécessaire d’activer tous les leviers institutionnels, économiques et financiers afin de multiplier les essais cliniques au Maroc. Enfin, le nombre de CRO opérant au Maroc est trop limité, or ils sont un maillon crucial dans l’intermédiation croissante entre les laboratoires innovants et les investigateurs.

Selon le Dr Moncef Slaoui, Président de Galvani Bioelectronics et chercheur reconnu sur la scène internationale pour ses multiples contributions aux avancées scientifiques dans la Recherche Biomédicale :

« Les facteurs clés de succès pour le développement de la Recherche Biomédicale sont la mise en place de stratégies intégrées, alignées et cohérentes entre les différentes politiques publiques et les départements ministériels concernés et l’existence de lois et réglementations stables à long-terme et donc prédictibles ».

Des mesures volontaristes sur le plan réglementaire et normatif auront un impact positif sur la réalisation du potentiel de cet écosystème. Tout d’abord sur le plan sanitaire, notamment auprès des patients marocains qui auront ainsi un accès précoce aux médicaments issus de la dernière innovation. Ensuite sur le plan économique, grâce aux investissements des industries biopharmaceutiques mais aussi à travers l’export des médicaments fabriqués localement et l’installation de sociétés de prestation de service pour la recherche clinique, notamment les CRO cliniques et précliniques. Puis sur le plan scientifique, à travers un transfert des connaissances, et dans certains cas un transfert technologique, avec une ouverture plus prononcée sur l’innovation. Sur le plan social, à travers la création d’emplois nouveaux et qualifiés, grâce notamment à l’installation de modules de formation à forte employabilité pour les lauréats des universités médicales et scientifiques.

C’est avec cette ambition que LEMM a réuni l’ensemble des parties prenantes, pour une prise de conscience des opportunités qu’offre ce secteur, en vue d’un engagement collectif pour activer les leviers nécessaires a son rayonnement au Maroc. Les membres de LEMM, en partenariat avec l’ensemble des opérateurs du secteur, sont disposés à déployer tous les efforts pour le développement effectif d’une industrie de la Recherche Biomédicale au Maroc.